Agriculture urbaine et ententes périurbaines

PRODUCTION ALIMENTAIRE

La notion de “production alimentaire” désigne les activités qui mènent à l’obtention, pour des fins de transformation, de consommation ou de commercialisation, d’aliments issus de l’agriculture (productions végétales et animales), de la pêche, de la chasse ou de la cueillette (fruits sauvages et produits forestiers non ligneux). Ces activités sont réalisées dans un cadre non marchand ou marchand.

On distingue ainsi les activités d’autoproduction des activités commerciales.

Les aliments issus de l’autoproduction sont consommés par les personnes qui les ont produits ou cueillis, leurs proches ou les usagers d’organismes à qui ils en font don. L’agriculture d’autoproduction prend la forme, entre autres, de potagers et vergers domestiques, de jardins partagés (communautaires et collectifs) et de petits élevages destinés à l’autoconsommation (poules pondeuses, lapins ou cochons, par exemple). L’apiculture domestique et la production familiale de sirop d’érable constituent d’autres exemples d’autoproduction alimentaire. On peut aussi considérer que la cueillette de fruits et champignons sauvages, ainsi que la chasse et la pêche sportive, relèvent de cette catégorie.

En matière de production alimentaire, nous trouvons dans le quartier Côte-des-Neiges, plusieurs projets consolidés et plusieurs projets en développement :

Collège Saint-Nom-de-Marie

Le jardin du collège Saint-Nom-de-Marie est un jardin communautaire situé sur le toit de l’école. Ce jardin est un projet d’agriculture urbaine entretenu par les étudiantes et organisé par la Shop Agricole, soit une entreprise spécialisée en agriculture urbaine. Une partie des récoltes est dédiée à la transformation alimentaire et à la distribution alimentaire à Multicaf.

Collège Jean Brébeuf

Le jardin du Collège Jean-de-Brébeuf est un jardin communautaire situé dans la cour arrière de l’école, près du boisé Jean-de-Brébeuf. Ce jardin est un projet d’agriculture urbaine organisé et entretenu par les étudiants de la première à la cinquième secondaire. Ce projet

comporte aussi un volet d’engagement communautaire et social. En effet, des ateliers sont offerts par MultiCaf en collaboration avec le camp de jour PROMIS, soit un organisme qui vient en aide aux familles d’immigrants ou réfugiés dans leurs démarches d’intégration et les récoltes de fruits, légumes et fines herbes sont effectuées par les étudiants en collaboration avec une animatrice en agriculture urbaine de chez Multicaf afin de s’assurer que les récoltes soient bien utilisées.

Collège Notre-Dame

Ayant vu le jour en 2015, Jardin Divers est une entreprise d’agriculture urbaine à vocation sociale créée et gérée par les élèves du Collège Notre-Dame. Ce projet s’inscrit dans le virage écologique du Collège Notre-Dame et s’implique dans la communauté en donnant des micro-pousses, des fruits et des légumes à la cafétéria communautaire Multicaf.

PROJET HIPPOCULTURE SOLIDAIRE

L’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce s’avère le plus peuplé de Montréal avec ses 168 236 habitants. C’est aussi un arrondissement très multiculturel, près de 75 groupes ethniques sont présents au sein de cet arrondissement. On y retrouve de nombreuses institutions comme des hôpitaux et des universités.

L’arrondissement abrite aussi un des derniers grands sites vacants de la région, soit l’ancien hippodrome de Montréal qui fait environ 46 ha. Ce site, qui devrait accueillir à partir de 2023 une nouvelle collectivité, s’avère propice à la mise en marche d’un projet novateur fondé en partie sur la production et la santé alimentaires.

En 2019, l’Arrondissement a amorcé la mise en valeur du site par des activités transitoires orientées autour du thème de l’agriculture urbaine. En plus de plantations d’arbres prévues à l’automne, ainsi que l’installation de deux ruches d’abeille, des bacs de plantation ont été installés sur l’ancienne piste de course. Une serre viendra les couvrir au courant du mois de septembre.

Le projet “Hippoculture solidaire” souhaite accélérer la production de fruits et de légumes à même le sol, sous forme de buttesd e plantations. Un demi-hectare serait ainsi aménagé en 2020, et un autre 0,7 hectare devrait planté en 2021. La serre permettrait, de mars à septembre, d’accélérer le démarrage des plants qui seraient ensuite mis en terre. Puis, d’octobre à février, on ferait pousser des petits plants et des graines dans la serre – chauffée – qui seraient vendus. La contribution financière servirait essentiellement à aménager les buttes de plantation. Les produits seraient ensuite distribués aux organismes partenaires.

L’Arrondissement a amorcé, au nom de la Ville de Montréal, l’utilisation temporaire et transitoire de l’ancien site de l’hippodrome. Celui-ci devrait accueillir à partir de 2023 différentes types d’activités. La préparation du site a débuté au printemps 2019, avec l’installation d’un réseau d’aqueduc, d’une prairie mellifère et de ruches, ainsi que des plantations en bacs. Ces bacs ont été installés à même l’ancienne piste de course, étant donné la connaissance limitée de la nature des sols de l’hippodrome pour la production en pleine terre de fruits et de légumes. Un réseau électrique sera installé sous peu, alors que des des tests de qualité de sol seront aussi mis en route afin de déterminer la localisation optimale d’une extension du projet.

Le projet vise par le fait même à amorcer l’intégration d’une agriculture urbaine qui sera idéalement maintenue dans le futur projet de développement de l’ancien hippodrome. Le projet vise quatre objectifs principaux :

1) assurer dès 2020 une production alimentaire d’une diversité de légumes et de quelques fruits qui seront redistribués en majeure partie à des clientèles vulnérables de l’Arrondissement, mais aussi vendus à des particuliers.

2) produire des semis et des semences en serre, lors des périodes les plus froides, qui pourront ensuite être vendus à des particuliers.

3) Offrir des opportunités de développer et de mettre en pratique des compétences « professionnelles » transférables pour les personnes vulnérables de la communauté dans un environnement assisté.

4) contribuer à influencer les futures parties prenantes (résidents, promoteurs, acteurs communautaires, etc.) pour que l’agriculture urbaine soit intégrée sous toutes ses formes (jardins et jardinets, toits plantés, arbres fruitiers, petits animaux, fermes de grillons, etc.) aux projets d’aménagement à venir. 

Le projet s’inscrit dans le plan d’action en développement social de l’arrondissement de Côte-des-Neiges, Notre-Dame-de-Grâce.

Entente producteur périurbain

MultiCaf a conclu des ententes avec avec des producteurs péri-urbain, qui visent l’écoulement des surplus agricoles. Ces actions, qui possèdent une portée écologique très forte, s’inscrivent dans le cadre d’un développement d’un système alimentaire durable dans le quartier Côte-des-Neiges.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :